la cycle  folliculaire

Elle correspond au cycle de développement folliculaire, qui se déroule par vagues successives
à début aléatoire, a partir du «pool » disponible. La majeure partie du cycle est indépendante
d’une stimulation par les hormones gonadotropes.
Les stade de la folliculogenèse 
3.1.1- CAPITAL FOLLICULAIRE OU RESERVE OVARIENNE
Dé la vie embryonnaire, les cellules souches germinales (gonocytes primordiaux) vont subir
une multiplication donnant des ovogonies (5ème mois). Ces ovogonies débutent leur méiose
pour aboutir à des ovocytes I, bloqués au stade de métaphase I (MI) qui n’ont plus le pouvoir
de se multiplier.
L’ovocyte bloqué en MI, s’entoure de cellules folliculaires donnant successivement des
follicules primordiaux puis primaires.
Les follicules primordiaux + follicules primaires constituent la réserve
ovarienne.
Constitué au 5ème mois de grossesse (7millions), le capital folliculaire décroît très rapidement
pendant la vie intra utérine. A la naissance 250000 à 500000 follicules primaires et
primordiaux. Le capital diminue ensuite jusqu’a 25000 à l’âge de 37 ans, puis s’accélère de
nouveau pour devenir quasi nul à la ménopause (Figure 1).

Figure 1 : évolution du capital folliculaire (stérilité du couple : ZORN J-R)

Seulement environ 450 follicules arriveront à maturité avec la rupture folliculaire et la
libération de l'ovocyte (ovulation). Leur disparition vers l’âge de 50 ans entraîne la
ménopause.

Dans cette disparition des follicules (Figure 2), les cycles menstruels n’interviennent que
pour une part infime (50 Follicules/ cycles, soit au plus 2000 follicules pendant les 400 cycles
qui se dérouleront en moyenne durant la vie génitale)
La disparition des follicules est liée a d’autre phénomène : atrésie tonique selon un
mécanisme de lyse cellulaire de type APPOPTOSE (mort cellulaire programmée)
Figure 2 : Histoire des follicules ovariens

3.1.2- ETAPES DE LA FOLLICULOGENESE (Figure 3)
La folliculogenèse désigne l’ensemble des processus de croissance et de
maturation des follicules ovariens du stade de follicule primordial à l’ovulation.
Cette évolution peut être artificiellement subdivisée en
· Formation du follicule pré antral , indépendante des gonado-trophines
· Puis développement du follicule directement sous la dépendance des
gonadotrophines.
a- croissance folliculaire non hormono-dependante (recrutement initial)
A partir des follicules quiescents primordiaux et primaires, la folliculogenèse aboutira à la
formation du follicule pré ovulatoire de De Graaf en l’espace de 75 j. Elle évolue en étapes
bien distinctes :
Formation du follicule pré antral :
o Reprise de la croissance des follicules primordiaux et primaires : le mécanisme
d’initiation n’est pas connu. Elle se produit de la vie intra utérine à la ménopause
indépendamment du cycle menstruel, de la grossesse, des traitements hormonaux
et de la contraception.
o Formation du follicule secondaire
o Formation du follicule préantral : marquée par l’apparition des cellules de la
thèque interne à sa périphérie et des récepteurs à la FSH
En l’absence de stimulation hormonale par la FSH (c’est le cas chez la fille avant la puberté),
le développement folliculaire s’arrête à ce stade et les follicules subissent une atrésie
b- croissance folliculaire hormonodependante : Développement du follicule
pré-antral, elle évolue
A partir de l’apparition de l’antrum (follicule tertiaire), la croissance folliculaire dépend de

l’action conjuguée des gonadotrophines et des stéroïdes.
La croissance folliculaire basal : c’est l’évolution du Follicules pré antral au follicule
sélectionnable, stade où il est prêt pour la maturation finale. En l’espace de 70j (soit trois
cycles), il atteint le stade de follicule sélectionnable d’un diamètre de 2mm. Le follicule
sélectionnable devient de plus en plus sensible aux gonadotrophines. La FSH a deux actions
sur les cellules de la granulosa :
o L’une de prolifération : multiplication cellulaire
o L’autre de différentiation : apparition de l’aromatase
La maturation finale : occupe la phase folliculaire du cycle ovulatoire
Au début de chaque cycle plusieurs dizaines de follicules à petit antrum (cohorte) qui
possèdent un nombre suffisant de récepteurs à la FSH sont recrutés (recrutement cyclique).
Le nombre dépend du taux de FSH en début du cycle (5 à 10 /ovaire). Devenus sensibles à
l’action de la FSH, ils continuent leur développement devenant des follicules à grand antrum.
Vers J6 du cycle l’un d’entre eux va se détacher de la cohorte (sélection) et compléter
sa maturation pour devenir le follicule dominant (10 mm de diamètre). Le follicule dominant
exerce un effet inhibiteur sur les deux ovaires et par conséquent c’est lui seul qui évoluera
vers le follicule mure pré ovulatoire ou follicule de De graaf (diamètre 20 mm). Les autres
follicules de la cohorte vont involué. Le follicule dominant secrète à lui seul presque la
totalité de l’E2. A partir de j10, la granulosa acquiert des récepteurs à la LH dont l’apparition
est induite par la FSH
Figure 3 : étapes de la folliculogenèse